133. Beau ou moche ? Non, utile !

Faire de beaux sites et partager des contenus esthétiques a toujours été une volonté de nombreux créateurs. Pourtant, le moche, ou le pas très esthétique, a toujours su se faire une vraie et belle place. Au point que nous avons douté : et s’il fallait faire un site moche pour réussir ? Avec Instagram et les stories Snapchat se dilemme revient mais différemment : et s’il y avait en fait deux web, le bien propre de la grille et le cracra des stories ?

Dans l’histoire du web, nous avons toujours débattu sur le beau et le moche dans la création de contenu. Au départ nous étions obligés de faire du moche. Le langage HTML n’a pas été créé pour faire du beau mais pour faire des documents facile à consulter et présenter. Les vitesses de connexion très lentes obligeaient aussi à une limitation drastique de ce que nous publions. La page d’accueil de Yahoo pesait 35ko, moins que certains favicon désormais.

Accède à ma formation secrète

Un email rempli de conseils pour monter votre activité en ligne, partager votre passion et construire votre nouvelle vie.

Mais déjà, nous cherchions à faire un peu plus beau même en détournant les outils. Surtout, petit à petit les technologies nous ont permis de faire beaucoup mieux. Evolution de HTML, CSS, Responsive, Flexbox mais aussi l’expérience et les compétences des designers et intégrateurs ont permis de faire du beaucoup plus beau. Autre exemple, le GIF lourd et totalement dépassé sur le plan technique laissait la place à de la vidéo désormais en 4K.

Pour autant le moche et le pas très beau arrivent toujours à revenir

Car le moche a la capacité de faire douter. Douter de ce qui est beau et esthétique. Douter aussi de ce qui est efficace. Certains pensaient même à une époque qu’il fallait faire du moche pour du réussir sur internet quand tout le monde voulait faire du beau. On trouve ainsi beaucoup delistes de sites moches qui réussissent : Craiglist, Reddit, DrudgeReport… En matière d’ergonomie certaines recommandations nous conduisaient aussi à faire du moche pour faire efficace. Et comme pour les pulls, on a aussi officiellement désigné le site le plus moche du monde, le site norvégien Arngren Teknologi & Gadgets.

Désormais, nous avons tous les outils pour faire des sites, des blogs ou des plateformes belles et agréables à utiliser. Pour autant le moche fait toujours son retour. Le GIF n’est pas mort et clignote tous les jours sous nos yeux via des memes et sur les réseaux. Instagram semblait pouvoir installer une logique de contenu beau et agréable, parfois même à outrance. Snapchat et ses stories en ont décidé autrement. Est-ce que c’est parce que le trop beau fait faux, ce qu’il est sur Instagram bien souvent, alors que la story un peu pourrave fait authentique ?

Au minimum ça fait rire et ça amuse, ce qui explique que les stories sont enregistrées et republiées ailleurs alors qu’elles devraient rester éphémères et dans Snapchat. Sous cette impulsion, la story se répand. Vous avez désormais deux Instagram : le beau (avec la grille) et le moins beau en story. Et chaque réseau y va de sa story.

Et nous pouvons le constater. Tous les jours nos yeux sont agressés par des clignotements, des couleurs criardes, des gif, des pop-up…. et autres éléments qui n’ont d’autres intérêt que de capter notre attention. Car oui, dans un monde où tout est beau comme Instagram, faire du moche attire l’attention. Ce n’est pas le fameux site norvégien qui va me dire le contraire.

Visez la valeur plus que le beau !

Mais beau vs moche n’est en fait pas la bonne grille de lecture. La condition de succès est l’utilité pour l’audience. MySpace a eu beaucoup de succès en étant moche, et n’a aucun succès en étant désormais beaucoup plus beau. Cette refonte nécessaire n’a pas empêché la perte de vitesse en matière d’utilité. Les utilisateurs ont juste trouvé comment faire sans lui. Le site est beau mais inutile.

La vraie condition du succès sur internet n'est pas le beau ou le moche mais l’utilité pour l'audienceClick to Tweet

C’est l’intérêt de ce que j’appelle le contenu minimum viable : un contenu suffisamment bon pour être consommé avec intérêt même s’il n’est pas aussi beau que vous aimeriez. La perfection n’est pas de ce monde et dans 99% des cas les gens s’en moquent tout simplement. Ils attendent juste que vous ne leur fassiez pas perdre leur temps.

Finalement, si vous faîtes du 100% utile mais pas forcément 100% beau cela aura toujours plus de succès qu’un truc très beau mais sans valeur pour l’audience que vous ciblez. On se lasse rapidement du beau mais beaucoup moins de la valeur.

Mais une fois que vous avez trouvé comment apporter de la valeur, ne vous gênez pas de faire un peu plus beau. Votre audience appréciera.

— Bertrand Soulier

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *