176. Poke la Story !

La story est partout. C’est le format à la mode. De contenu principal et différenciant de Snapchat, la story devient un incontournable. C’est le sujet de cet épisode qui inaugure aussi un nouveau format.

Si les sites ne l’ont pas (encore) adopté, les réseaux sociaux se sont tous mis en ordre de bataille pour l’incorporer dans leurs fonctionnalités. Certains en viennent même à se demander si elle ne va même pas devenir le format central des principaux réseaux comme Facebook et Instagram. Dans cet épisode j’explore ce format et ses caractéristiques.

Accède à ma formation secrète

Un email rempli de conseils pour monter votre activité en ligne, partager votre passion et construire votre nouvelle vie.

Un nouveau format d’épisode

Cet épisode est aussi le premier d’un nouvel idée que j’ai en tête. Je souhaiterai partager mes réflexions plus en rapport avec l’actualité des réseaux sociaux. Je fais en effet beaucoup de veille sur le sujet et il me semble intéressant de la partager avec vous. J’avais tenté de le faire dans mes live Facebook.

Comme je l’ai dit aux Patrons, je me pose la question de créer un nouveau podcast indépendant dédié à cette actualité. Avant de le faire, j’ai d’abord décidé de tester le format et l’affiner. Je lance ainsi quelques épisodes tests dans le flux de Votre Coach web.

Son nom provisoire est Poke. C’est un clin d’œil à un fonction très connue de Facebook mais que personne ne comprenait vraiment. Ou plutôt chacun voyait dans la fonction un truc utile ou inutile. Le Poke n’est pourtant rien d’autre qu’un signe de la main, un sourire, un simple coucou.

Le poke était donc une fonction de Facebook incomprise et pourtant très intéressante. Cette incompréhension de ce comportement pourtant si humain est un peu le symbole de ce que j’aimerai parfois expliquer.

Ce premier épisode est sur une thématique précise mais ce ne sera pas forcément le cas à l’avenir.

Notes de l’épisode

Les caractéristiques de la story

La story telle que nous la connaissons a été popularisée par Snapchat. Le réseau social en a fait sa marque de fabrique en plaçant la story comme contenu principal. Depuis la story se répand partout car ce format est vraiment et pleinement adapté à l’ère du temps :

  • un contenu multimédia : la story telle que nous la connaissons est le format créatif vraiment multimédia. Elle réinvente même le multimédia en permettant autant de fair de la vidéo simple que du powerpoint moderne mais surtout un mix de tout ça.
  • racontant une histoire : la story c’est une histoire avec un début, une fin et un cheminement décidé par le créateur du contenu.
  • qui occupe tout l’écran : la story embrasse le format vertical. Et elle embrasse l’intégralité de l’écran. Contrairement à une vidéo sur YouTube, la vidéo s’affiche à 100% en vertical sans retourner l’écran.
  • consulté comme le souhaite l’utilisateur : la story donne le contrôle à l’utilisateur. Il peut avancer, reculer, sauter un bout , sauter la story, la mettre en pause en appuyant sur pause.
  • et éphémère : Snapchat a décidé que la story était éphémère. Cette caractéristique est restée partout. Mais petit à petit elle sort de cette logique.

La story nécessite l’attention

La story est le rêve des réseaux et du créateur car elle nécessite l’attention pour être consultée vraiment. Contrairement aux photos et contenus d’un flux Instagram que l’on consulte un peu négligemment, la story demande une véritable attention. Vous devez mettre du son, vous devez la regarder, la lire…

La concrétisation du fameux temps de cerveau disponible vendu par TF1. Nous cherchons tous cette attention : réseaux, sites, créateurs nous cherchons cette attention.

L’actualité de la story

La story est un peu partout. Voici un petit tour de l’actualité de la story selon les réseaux :

  • Snapchat : les temps sont plus difficiles pour Snapchat. Après avoir refusé le rachat par Facebook, le réseau au fantôme est copié par Facebook et Instagram. Snapchat lasse ses utilisateurs, lasse parfois aussi les annonceurs et n’a pas toujours pris les bonnes décisions (Spectacle n’est pas une réussite). Snapchat est désormais tenté par modifié profondément son équilibre : la story éphémère ne l’est plus forcément et elle pourrait désormais sortir sur le web. Le virage semble risqué surtout si elle devenait embeddable.
  • Instagram : la fonction story est probablement celle qui évolue le plus vite. Il est incroyable de voir tout ce que l’on peut faire dans une story maintenant. Le format permet pratiquement tout : vidéo simple ou évoluée, effets, insertion de GIFs, sondage, géolocalisation, hashtags pour indexer les contenus… Les nouvelles fonctions texte sont aussi très réussies. Tout est possible de la story vidéo au powerpoint like. Mais tout en 100% de l’écran. Instagram met tellement d’énergie dedans que l’on pourrait penser qu’un jour, le réseau finira définitivement en Snapchat en plaçant la story comme contenu principal.
  • Facebook : c’est d’ailleurs la tentation que l’on prête à Mark Zuckerberg. Et si la story devenait le format central de Facebook qui veut maintenant privilégier les liens entre les amis ? L’ajout de la story dans Messenger fut un échec, mais elle s’impose petit à petit ailleurs : dans les profils et pages via la story Instagram, mais aussi dans les groupes, les événements… C’est d’ailleurs dans le domaine un outil au potentiel incroyable !
  • Autres réseaux : partout la story s’impose. Même si on le perçoit mal en France, la story dans WhatsApp (Status) explose. Moments dans Twitter, Reels dans YouTube, dans Skype…. la story se répand partout. D’ailleurs même Patreon a lancé sa story sous le nom de Lens. Le podcast lui non plus n’est pas épargné, Anchor.fm est un peu le Snapchat du podcast.

La limite de la story

La story pose quand même quelques questions et montre quelques limites, en tout cas aux amoureux du web tels que nous l’avons connu mais qui a aussi fait son succès :

  • Le contenu disparaît, c’est tout l’inverse de la longue traîne et de l’evergreen,
  • Le côté éphémère oblige au presque direct, nous pousse vers une consommation synchrone alors que le web était asynchrone : je produits un contenu, tu peux le consommer à n’importe quel moment. C’est de moins en moins vrai avec la story.
  • La story est exclusive et ne permet pas de faire autre chose. Je ne peux pas écouter de la musique, je dois regarder l’écran, je ne peux même pas regarder la télévision en même temps.

Et si par certains aspects la story est le rêve du créateur que je suis du fait de l’attention qu’elle créé, en tant que consommateur elle me fait douter que finalement je n’ai pas envie de donner autant d’attention.

Conclusion

Jusqu’où ira le format story ? Simple mode ou format d’avenir ? Les deux deux. La story va être partout, va envahir aussi nos sites, elle va ensuite nous sortir par les yeux, être digérée, réinventée et laissera de toute façon sa trace. Comme tout le reste.

Les mois qui viennent nous dirons ce qu’il se passera pour le format story. En attendant, elle est là ! Il faut profiter de ses avantages pour se faire connaître et faire connaître nos contenus.

Format vidéo

— Bertrand Soulier

Soutenez moi via Patreon

Si vous appréciez le podcast et mes contenus, vous avez la possibilité de montrer que vous appréciez le travail accompli, de m’encourager et de m’aider à continuer via Patreon.

Les Patrons disposent d’un fil de podcast privé. Je réponds aussi à leurs questions en priorité. Ils bénéficieront aussi des avant-premières sur les nouveaux contenus et mes futures formations. Merci du fond du cœur à tous ceux qui choisiront de le faire !!

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *