181. Documentez votre chemin vers l’expertise

Dans cet épisode je vous explique pourquoi apprendre et documenter sont pour moi deux piliers de la création de contenu. Mieux, je pense que ceux qui cherchent sans cesse de nouvelles idées de création de contenus originaux, devraient se considérer comme le sujet même de leur contenu. Vous n’avez pas besoin de chercher de nouvelles idées de contenus, vous devez chercher comment apprendre et progresser.

Notes de l’épisode

Apprendre

« Quand j’ai un peu d’argent je m’achète des livres et s’il m’en reste, j’achète de la nourriture et des vêtements. »

— Erasme

Accède à ma formation continue secrète

Tu veux aller plus loin ? Mes meilleurs conseils ne sont pas publiés sur le site !

Les gens qui ont du succès dans ce qu’ils font et souvent ceux qui nous inspirent, sont aussi ceux qui investissent sur leur apprentissage permanent et délibéré. Ils prennent le temps de lire, écouter, découvrir. Ils nourrissent leur curiosité tous les jours. Obama lisait 1h par jour même quand il était président, Bill Gates lit un livre par semaine depuis qu’il est entrepreneur, Mark Zuckerberg 1 livre toutes les deux semaines et Elon Musk 2 livres par jour selon son frère.

Une règle transcrite dans The Five hour rule de Benjamin Franklin aussi appelée la règle des cinq heures par semaine. Le principe est de consacré une heure par jour à son apprentissage. Le principe de l’effet cumulé s’applique ensuite : un petit moment chaque jour permet de cumuler un grand nombre d’heures d’apprentissage de nouvelles connaissances facilement.

Comment appliquer le principe de règle des cinq heures par semaine :

  1. Planifier ce que l’on souhaite apprendre : Nous avons des objectifs de choses à faire, nous devrions avoir des objectifs de choses à apprendre
  2. Se concentrer sur ce que nous voulons apprendre : une pratique délibérée plutôt qui vient remplacer certaines choses que l’on fait automatiquement.
  3. Planifier du temps pour apprendre : se fixer des horaires, « sacrifier » un moment peu utile pour apprendre. La pause déjeuner est par exemple souvent mal utilisée alors qu’elle fait partie de ces micro-moments d’apprentissage faciles à utiliser.
  4. Garder du temps pour que ça décante, pour assimiler ces nouvelles idées : Marcher, flâner, faire du sport… mais ne pas surcharger en permanence notre cerveau. Il faut lui laisser le temps de retraiter et faire les jonctions. Ce n’est pas pour rien que nous avons souvent de bonnes idées sous la douche.
  5. Expérimenter et tester : apprendre c’est aussi s’exercer à faire quelque chose. Ne perdez pas votre temps à lire, écouter ou regarder des choses si vous ne les utilisez pas ensuite. Créez vous des laboratoires d’expérimentation, imaginez des contenus même si vous ne les publiez que pour vous dans votre journal.

Ce dernier point est primordial, car que faites vous de ce que vous apprenez ?

La remise en cause de l’expert

A une époque, on cachait l’information. L’expert en blouse blanche était valorisé, sa parole était d’or et il exerce même un vrai pouvoir « hiérarchique ». Un comportement humain très bien expliqué par Robert Cialdini dans Influence et manipulation.

Mais internet a remis en question en partie la place de l’expert. Désormais, l’information a surtout de la valeur quand elle est partagée. Et c’est encore mieux quand on vous remercie d’avoir partagé l’information. L’expert n’est donc plus celui qui sait, mais celui qui partage. La force d’internet est de pouvoir partager en permanence et non pas dans un livre que l’on a mis 10 ans à rédiger.

J’aime prendre cet exemple d’une esthéticienne s’étonnant que des jeunes filles regardent sur YouTube des vidéos de maquillage comportant des conseils de mauvaise qualité. Comment peuvent-elles le savoir ? Comment peuvent-elles accéder à de meilleurs conseils si les esthéticiennes diplômées ne prennent pas la parole ?

Votre parcours + votre apprentissage permanent = source inépuisable de sujets !

Apprendre a deux sens : ce que nous apprenons nous-même et ce que nous apprenons aux autres. La magie est que nous apprenons mieux nous-même si nous apprenons aux autres. Transmettre, apprendre, créer du contenu oblige à se documenter, creuser le sujet, se poser des questions, décortiquer ce que nous faisons…

Non seulement vous n’avez pas besoin d’être un expert pour vous exprimer sur un sujet, mais en plus le chemin que vous parcourez pour en apprendre plus est en soi un contenu.

Nous n’avons surtout pas à attendre d’être devenu un expert pour nous exprimer sur un sujet. De plus, aucun expert n’est vous. Vous avez votre propre regard et votre propre manière de faire.

Apprendre une nouvelle compétence est un voyage

Considérez l’apprentissage de nouvelles compétences comme un voyage. Au départ vous connaissez la direction et comment y aller. Mais vous ne savez pas à l’avance comment va se passer la route. Et, en matière d’apprentissage, vous ne savez pas si vous aller y arriver ou si vous n’allez pas arriver tout simplement ailleurs.

Beaucoup attendent d’avoir fait la route pour la raconter. C’est même pratique, car il devient facile d’éclairer certains passages en connaissant ce qui s’est passé ensuite. Mais cela vous oblige à attendre parfois très longtemps avant de pouvoir la raconter. C’est le principe même des biographies. Et cela ne vous dispense pas de documenter le cheminement car vous en aurez besoin.

Alors autant en profiter pour faire de ce parcours votre contenu. Un blog, une chaîne YouTube, des comptes sur les réseaux sociaux, une marque personnelle dans son ensemble, c’est une biographique qui se raconte au jour le jour. Et vous êtes le contenu.

Vous n’avez pas besoin d’être au bout du chemin pour créer un contenu sur le chemin parcouru. Vous pouvez filmer, enregistrer, expliquer le chemin au fil des jours. Cela montrera d’ailleurs vos progrès dans quelques années. Vous pourrez même utiliser dans quelques années ces publications pour mesurer vos progrès ou alors pouvoir vous vanter de dire que vous l’aviez prévu.

Le véritable sens d’une communauté

Si vous n’avez pas besoin d’être un expert pour vous exprimer, voici ce qui compte le plus :

  • L’authenticité : vous ne devez pas prétendre être un expert quand je vous ne l’êtes pas, tout comme un expert ne peut cacher qu’il est expert et se faire passer pour un novice.
  • La passion : passion pour votre sujet, pour vous informer dessus, pour partager dessus
  • L’intention : intention de transmettre ce que vous savez tel que vous le savez, ne pas mentir sur qui vous êtes
  • L’attention : attention à votre audience et ce dont elle a besoin pour progresser. C’est le fameux « Care » américain.

Prendre soin de son audience, c’est comprendre ce dont elle a besoin et ce que vous pouvez lui apporter. Et souvent votre audience n’a pas besoin d’un expert. Ce dernier est trop avancé trop loin de ses préoccupations. Il peut inspirer mais difficile de s’imaginer prendre le même chemin.

Votre audience a souvent besoin d’un éclairage, de conseils pour avancer, de témoignages, de nouvelles idées, du résultat d’expérimentations, d’exemples ou même parfois d’un coup de pied au cul pour l’aider à avancer.

Documenter vous donne une formidable occasion d’embarquer du monde dans l’aventure et de progresser encore plus vite. C’est ce qui permet de s’enrichir grâce aux retour de votre audience. C’est le sens même de faire communauté avec son audience.

Une communauté ce sont des gens qui apprennent et progressent ensemble. En montrant ce que vous apprenez, en le documentant, vous apprenez des choses à votre audience. Mais vous permettez aussi à votre audience de vous donner des pistes supplémentaires pour progresser encore mieux. Ainsi vous et votre communauté progressez en même temps.

C’est le véritable fondement d’une communauté, et nous sommes là loin des groupes Facebook seulement montés à la gloire du créateur initial et qui ne sont là que pour pallier les problématiques de porté des pages. Et pas besoin que votre communauté soit grosse pour avancer et apprendre. Vous parlez entre passionnés.

Conclusion

Documenter son parcours, expliquer son cheminement est une manière de créer du contenu qui vous permet de progresser et faire progresser votre audience. Vous n’avez pas besoin d’être un expert du sujet, mais un expert de l’apprentissage de votre sujet. Vous devez aussi devenir être un expert de la transmission de votre passion.

La véritable conclusion de cet épisode pour moi est que vous n’avez pas besoin de chercher de nouvelles idées de contenus, vous devez chercher comment apprendre et comment partager vos progrès. Alors vous aurez une source inépuisable de sujets.

— Bertrand Soulier

Soutenez moi via Patreon

Si vous appréciez le podcast et mes contenus, vous avez la possibilité de montrer que vous appréciez le travail accompli, de m’encourager et de m’aider à continuer via Patreon.

Les Patrons disposent d’un fil de podcast privé. Je réponds aussi à leurs questions en priorité. Ils bénéficieront aussi des avant-premières sur les nouveaux contenus et mes futures formations. Merci du fond du cœur à tous ceux qui choisiront de le faire !!

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *