198. Trafic vs Public

Beaucoup d’éditeurs pensent qu’ils ont une audience et un public sur leur site, alors qu’en fait ils ont surtout du trafic. Il ne faut pas se tromper car la différence est importante !

Les chiffres d’audience sont scrutés de près par de nombreux créateurs mais amènent à une certaine confusion. Beaucoup d’éditeurs se contentent de se focaliser sur le trafic brut. C’est ce que mesure Google Analytics.

Accède à ma formation secrète

Un email rempli de conseils pour monter votre activité en ligne, partager votre passion et construire votre nouvelle vie.

On cherche alors à augmenter son trafic au maximum. On cherche des hacks, des astuces, des trucs. On cherche à optimiser à fond le SEO pour capter un maximum de visites. On capte des nouveaux visiteurs, peut-être de nouveaux abonnés sur Youtube. On flatte son égo mais…

On capte beaucoup ce que j’appelle des visiteurs touristes qui repartent aussi vite qu’ils sont arrivés, ne font rien, et pire, laissent parfois un commentaire désobligeant. Le trafic c’est bien quand on est un média publicitaire, c’est le business parfait pour Google et Facebook. Mais pour les autres il est intenable et la presse le constate.

Tous les autres, nous tous, devons réfléchir à construire une audience fidèle, un véritable public. L’audience, le public, ces ont des lecteurs engagés et fidèles qui passent du temps à lire votre contenu et à revenir sur le site fréquemment.

C’est cette audience fidèle qui est la plus intéressante car la plus impliquée. Elle vient non pas parce qu’elle clique de temps en temps sur un lien qui passe dans son fil Twitter mais parce qu’elle a envie de venir voir votre contenu. Ces lecteurs se sont même abonnés pour le recevoir, sur les réseaux sociaux, par RSS ou encore mieux par mail. Ils attendent ce contenu et s’étonnent quand il n’arrive pas.

C’est le concept des 1000 vrais fans de Kevin Kelly. Il définit le vrai fan comme quelqu’un qui achètera tout et n’importe quoi qu’on produise. Son idée :

« Un créateur, tel qu’un artiste, un musicien, un photographe, un designer, un vidéaste ou un écrivain – en d’autres termes, quiconque produit des œuvres d’art – n’a besoin d’acquérir que 1000 Vrais Fans pour vivre de son art. »

Trafic et public ne sont pas déconnectés. Le trafic de passage, souvent arrivé par hasard grâce à votre bon référencement, vous oubliera aussi vite qu’il vous a trouvé. A moins que vous ne lui donniez des raisons de revenir. Si un visiteur de passage a la sensation qu’il a enfin trouvé le contenu qu’il cherchait et qui lui convient parfaitement, il deviendra un public fidèle et même peut-être un fan.

Pour cela, il faut lui donner du contenu supplémentaire, des moyens de garder le contact et creuser encore et encore le sillon jour après jour car l’audience fidèle se crée avec la répétition. Il faut surtout entretenir la relation, la nourrir. Et soyons clair, tout le monde n’est pas fait pour ça ou n’a pas envie de le faire.

Les deux ne sont donc pas déconnectés mais les chiffres sont très éloignés. Sur les centaines ou millier de lecteurs et visiteurs qui forment votre trafic, combien sont impliqués réellement ? Combien laissent un commentaire ? Combien re-partagent ? Combien vous envoient un mail ? Combien sont prêts à participer sur votre financement ? Combien sont abonnés à votre newsletter ? Combien vont vous acheter un produit ? Beaucoup moins ! Et c’est normal mais aussi tant mieux.

Mon choix

J’ai fait un choix. Je ne me place pas en priorité sur les thématiques qui font le buzz, sur l’actualité chaude. Nous en parlions dans l’épisode avec Guillaume Vendé. Je travaille sur du long terme pas sur l’égo d’un gros trafic. Oui parfois je me raccroche à des sujets porteurs pour essayer de conquérir de nouveaux public.

Mais j’ai pris une option personnelle sur beaucoup de mes contenus. Je parle avant tout à mon audience. Je ne me représente pas, je ne représente pas mon concept. Le visiteur de passage devra lui faire un effort pour en savoir plus et pour ça j’ai prévu des portes d’entrée. Sur YouTube vous avez une vidéo pour les non abonnés. Sur votre site vous pouvez prévoir la même chose.

Mais je vous parle directement car nous nous connaissons maintenant de longue date. Et le format régulier augmente cette proximité, cette intimité. C’est mon choix. Et vous savez quoi ? Avec un trafic bien plus faible que sur un site comme Cyberbougnat, je finance bien mieux ce podcast. Car ici j’ai trouvé un vrai public.

— Bertrand Soulier

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *