221. Je podcaste en mono, la qualité n’est pas dans le stéréo

Vous n’y avez probablement pas fait attention mais depuis un mois le podcast est diffusé en mono et non en stéréo. Un petit changement technique qui a ses avantages techniques pour vous comme pour moi sans pour autant nuire à la qualité. Parfois moins c’est plus comme disent les minimalistes. L’idée de cet épisode est surtout de vous dire que dans une grande majorité des cas vous n’avez pas besoin de viser la perfection technique pour vous exprimer. Le matériel ne doit pas devenir une excuse pour ne pas publier du contenu.

Depuis un mois exactement, le 4 juin, ce podcast est diffusé en mono. Pas en stéréo mais en mono. La manipulation est simple et ne me prend pas de temps. Après l’enregistrement, j’exporte une version en grande qualité pour mes archives et j’exporte une version mono avec l’application gratuite Forecast.

Accède à ma formation secrète

Un email rempli de conseils pour monter votre activité en ligne, partager votre passion et construire votre nouvelle vie.

Un essai qui n’a que des avantages.

Dans un podcast tel que le mien, la stéréo n’apporte rien sur la qualité. Je n’ai pas de travail du son particulier, j’enregistre avec un micro devant moi, pas d’effet, pas d’environnement particulier. Le mono ne détériore donc pas l’expérience sonore. D’ailleurs je n’ai eu aucun retour négatif sur ce changement et je ne l’ai pas caché.

Je l’ai fait en pensant à vous qui écoutez et téléchargez le podcast. En publiant en mono, j’allège considérablement le fichier. En moyenne c’est plus de la moitié mais sur des gros épisodes comme celui avec Guillaume Vendé je suis passé de 131Mo à 55Mo. Pour vous il prend moins de place sur votre smartphone, il se charge beaucoup plus vite que ce soit en wifi ou 4g, que vous soyez limité ou illimité dans votre connexion.

Enfin, si j’étais facturé en fonction de ma bande passante et de mon espace de stockage, l’hébergement de mon podcast me coûterait moins cher ainsi. C’est donc pour moi gagnant-gagnant.

Vous n’avez pas besoin de viser la perfection

Que ce soit sur le plan du contenu ou sur le plan technique, la perfection ne sert souvent à rien et constitue un frein. C’est tout mon concept de Contenu Minimum Viable.

Parfois détériorer la qualité est un avantage. Le MP3 s’est imposé alors qu’il n’offrait pas la meilleure qualité mais été pratique et léger. Souvent ce n’est pas un frein. Instagram n’a pas la meilleure qualité photo, les photographes détestent la compression de Facebook, YouTube accepte la 4K ou la 8K mais vous regardez la plupart des vidéos en full-hd au mieux, en 480p souvent.

Aussi, vous n’avez pas besoin de diffuser vos vidéos en 4K pour qu’elles aient du succès. Vous n’avez donc pas besoin d’avoir une super caméra, vous n’avez pas besoin d’avoir un studio son parfait pour faire du podcast, certains blogs à succès sont hébergés sur des plateformes gratuites, sans nom de domaine

Ce n’est pas ce qui fait leur succès ou pas. Ce qui fait le succès c’est la qualité du contenu. Parfois cela passe par approcher la perfection ou en tout cas utiliser du matériel pro car cela correspond tout simplement à la cible visée. Si je veux travailler dans le cinéma, ou vous former aux techniques du cinéma, utiliser certains matériels et logiciels sont un passage obligé pour assurer ma crédibilité.

Pour 95% des autres cas vous n’avez pas besoin de viser la perfection. Vous pouvez investir dans du super matériel si ça vous fait plaisir, mais ce n’est surtout pas la condition pour produire du contenu et surtout ce ne doit pas devenir une excuse pour ne pas le faire.

Un smartphone, y compris qui a quelques années, suffit pour faire de la vidéo suffisante pour YouTube, du podcast, de la photo…. Alors foncez !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

— Bertrand Soulier

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *