254. Ecrire en mode plan

Je ne suis pas un adepte de Microsoft Word mais il a une fonction très pratique pour le rédacteur et pourtant peu utilisée : le mode plan. Il vous permet d’avoir une vue synthétique de votre contenu et de l’organiser plus facilement. Vous pouvez vous en inspirer pour rédiger plus plus facilement vos contenus.

Accède à ma formation secrète

Un email rempli de conseils pour monter votre activité en ligne, partager votre passion et construire votre nouvelle vie.

C’est d’ailleurs dans ce mode que Bernard Werber a écrit ses 22 romans, dont Les fourmis. Il permet d’avoir une vue large de son texte, de le découper en grands points, en blocs, en sous-parties mais aussi de le réorganiser comme bon vous semble.

Vous pouvez reproduire ce fonctionnent sous d’autres outils qui ont un mode plan. Mais vous pouvez simplement commencer par rédiger votre contenu par une énumération des grands points à aborder dans votre logiciel d’écriture préféré.

Commencez par faire une liste à puce des points à aborder, organisez les de manière logique puis détaillez chaque point ce qui vous permet d’obtenir des blocs.

Vous pouvez ainsi décider de l’ordre dans lequel vous allez présenter vos blocs,

donner à cet ordre une structure logique tant à l’intérieur des blocs qu’entre les blocs.

C’est aussi un très bon moyen de lutter contre la page blanche. Au lieu de vouloir aboutir à votre texte définitif, vous listez en vrac vos idées et les organisez et peaufinez au fil de vos réflexions.

Pour les adeptes du mindmapping comme moi vous pourriez faire cette première étape en mindmap puis exporter votre carte dans votre logiciel pour finaliser l’écriture.

Ajoutez des connecteurs pour finaliser l’écriture

Ainsi, quand vous avez défini l’ordre des blocs et que l’enchaînement est logique, vous allez ajouter des connecteurs entre les blocs. Leur rôle est de créer du liant entre les grands paragraphes et justement permettre de mieux comprendre votre logique.

Ils guident le lecteur au fil du texte et rendent l’écriture naturelle. Vous cassez l’énumération d’idées. Quelques exemples de connecteurs, mais il y en a beaucoup d’autres :

  • but : afin que…
  • une conséquence : donc, alors, ainsi…
  • opposition : cependant, en revanche…
  • une concession : malgré, en dépit de…

En conclusion, votre texte est prêt extrêmement rapidement de cette manière. Plutôt que de commencer à écrire au fil de l’eau, vous obtenez rapidement une structure logique facile à manipuler. Et en insérant les connecteurs logiques votre rédaction sera totalement naturelle et on ne verra pas que vous avez débuté par une liste à puces.

— Bertrand Soulier

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *