273. Twitter a-t-il perdu le fil ?

On ne peut pas dire que l’ambiance sur Twitter soit très bonne. Il devient difficile d’y tenir une discussion sans que ça troll ou parte en vrille. Les messages haineux et les fausses informations prolifèrent. Alors Twitter se questionne sur ses fonctions fondamentales et pourrait faire disparaître les fonctions j’aime ou le retweet.

Impact positif du passage de 140 à 280 caractères

En novembre 2017, Twitter a doublé la limite du nombre de caractères d’un tweet qui n’avait plus aucun fondement technique. Cette limite venait de l’origine de Twitter et de la possibilité de publier par SMS. Un SMS étant limité à 160 caractères, Twitter avait réservé 20 caractères pour le nom d’utilisateur ce qui laissé 140 caractères.

La société a fait le bilan récemment après un an d’expérimentation. Elle constate une utilisation plus fréquente de formules de politesse. Selon leur communiqué les gens disent davantage « please » (« s’il vous plaît ») (+54%), « thank you » (« merci ») (+22%) » et utilisent beaucoup moins d’abréviations qui étaient issus du langage SMS.

Accède à ma formation continue secrète

Tu veux aller plus loin ? Mes meilleurs conseils ne sont pas publiés sur le site !

Mais cela n’a pas franchement contribué à améliorer le climat ambiant sur le réseau.

De nouvelles fonctions pour les discussions

Twitter a lancé fin octobre des tests pour sonder les réactions des utilisateurs sur de nouvelles fonctions. Elles ont pour but d’améliorer la discussion. Twitter poursuit ainsi sa mue d’un outil orienté publication (micro-blogging) à un outil conversationnel qu’il est devenu en grande partie par l’utilisation des membres. Twitter a toujours évolué de cette manière.

Le hashtag, le retweet ou la conversation ont été intégrés comme fonctions quand les utilisateurs se sont mis à trouver des solutions pour les utiliser. Notamment via les applications tierces utilisant l’API.

Quelques fonctions testées :

  • indicateurs de présence (des pastilles vertes si vous êtes en ligne)
  • un champs réponse sous chaque tweet
  • une nouvelle présentations de conversations. Le but est de permettre plus de conversations, et de permettre aux utilisateurs de mieux comprendre les échanges.
  • Les « ice breakers » : des statuts pré-remplis qui indiquent l’état d’esprit de l’utilisateur. (« Je veux savoir… », « Je suis surpris que… » Des choses déjà vues sur Facebook et d’après Twitter permettraient de mieux « orienter » les conversations.
  • Un statut indiquant ce que l’on fait ou où on se trouve et permettant de contextualiser ses messages. Vous pourriez dire : « je suis au match de foot » et Twitter l’intègrerait sans forcément utiliser un hashtag évènementiel.

Tergiversations multiples

On a surtout le sentiment que Twitter ne sait plus trop comment se positionner sur certains sujets. Ils sont coincés entre la croissance du nombre de membres presque nulle, une image écornée, une ambiance désastreuse, mais aussi des utilisateurs avertis qui sont là depuis longtemps. Pas illogique, Twitter a beaucoup de mal à convaincre de nouveaux utilisateurs. Le changement est compliqué.

Quand ils ont voulu supprimer l’ordre chronologique des messages, la pression des utilisateurs les a conduit à le réintégrer sous forme d’option.

La réduction importante des fonctions dans l’API passe mal chez les développeurs d’applications mais aussi chez leurs utilisateurs qui sont généralement des membres de longues dates et « power users ».

Enfin, le bouton Edit est un grand débat. Beaucoup s’étonnent de sa non-présence et le réclament. Personnellement je pense qu’il y a un grand danger pour Twitter d’intégrer cette modification des messages (Episode 229).

Les Vanity Metrics ont-ils détruits Twitter ? Faut-il supprimer le Like et le ReTweet

Enfin, deux fonctions posent problème à Twitter et peut-être de manière inattendue pour certains tant elles semblent communes. Et pourtant.

Suppression du bouton J’aime ?

C’est The Telegraph qui a annoncé la possible suppression de ce bouton. Rappelons que ce bouton a remplacé le bouton Favori qui avait une forme d’étoile. Mais chacun l’utilisait un peu comme il voulait, un peu comme le Pote de Facebook. Aussi ce bouton servait de j’aime, lire plus tard, sauvegarder dans un autre service via IFTTT…

Maintenant, Twitter a ajouté une fonction pour bookmarker les messages. Mais cette fonction n’est pas présente dans les applications tierces, merci les restrictions d’API.

Le vrai problème du bouton j’aime et qu’il a une signification. Le bouton j’aime est un bouton j’aime, donc un pur élément de Vanity Metrics. On cherche à maximiser le nombre de J’aime. Et ça c’est un vrai problème.

Jack Dorsey, PDG de Twitter a ainsi dit lors d’une conférence ne pas être « fan du bouton en forme de cœur ». Il aurait ajouter qu’il pourrait « bientôt s’en débarrasser ». Selon lui, le bouton like n’aide pas à rendre les discussions plus « saines ». La société a précisé sa pensée ensuite :

« Comme nous le disons depuis un certain temps, nous repensons l’ensemble de notre service pour nous assurer que nous poussons aux échanges sains, ce qui inclut le bouton ” like “. Nous ne sommes qu’aux prémices du travail et ne comptons pas en dire plus pour le moment. »

Aller au bout de la logique et virer le retweet ?

Mais si Twitter veut assainir l’ambiance, Twitter devrait aller au bout de la logique et supprimer le ReTweet. Contrairement à Facebook ou Instagram, le J’aime dans Twitter n’a finalement pas une si grande valeur, car pas grand monde ne voit ce que vous avez aimé. Facebook indique à vos amis que vous avez aimé une publication. Pas Twitter.

Alors pour maximiser la visibilité il faut viser le ReTweet. C’est cette fonction qui vous donne une grande visibilité car votre message est propulsé en dehors de votre cercle de vos followers. En matière de Vanity Metrics il n’y pas mieux, et ça a bien contribué à pourrir le service. On peut générer des j’aime, mais c’est encore mieux de tout faire pour gonfler ses ReTweet.

La fonction Retweet avait été pourtant introduite pour rentre Twitter meilleur comme le présentait à l’époque le cofondateur Biz Stone :

«Nous espérons que des informations intéressantes, dignes d’intérêt, voire simplement amusantes, se répandront rapidement dans le réseau, permettant ainsi aux personnes qui veulent ou ont besoin de savoir de se rendre plus efficacement».

En fait Twitter avait implémenté ce que faisaient par ailleurs les internautes via les applications tierces. C’était en fait une copie du message avec RT devant et la mention de l’auteur. Les applications tierces faisaient ça automatiquement.

Mais depuis, l’effet est inverse. Selon une étude du MIT publiée dans le journal Science, les utilisateurs de Twitter retweetent presque deux fois plus de fausses nouvelles que de vraies nouvelles.

Certains utilisateurs sont ainsi passés maîtres dans l’art de rendre leur message ReTweetable, un peu comme on rend un produit instagrammable, une photo likable ou pinable.

Et le côté rapide et instantané du réseau facilite bien les choses. Les gens repartagent sans lire. Il est ainsi très efficace d’utiliser les ficelles émotionnelles les plus grosses. Je vous renvoie à mon épisode sur le marketing de l’indignation (Episode 184).

Supprimer les Vanity Metrics est une vraie tendance

Ces indicateurs pourrissent tant les choses que des extensions sont sorties pour les masquer sur le site de Twitter. Remove Vanity Metrics et Twitter Demetricator le font ainsi sous Chrome.

Facebook va d’ailleurs un peu dans ce sens en montrant moins le nombre de fans d’une page. Des services comme Micro.blog ont eux décidé de ne pas inclure ces fonctionnalités.

Twitter devrait alors peut-être songer à supprimer le Like et le ReTweet. En tant cas il semble que Jack Dorsey réfléchisse à la situation. Peut-être comme nous n’aime-t-il plus vraiment ce qu’il trouve sur son propre réseau social. Ses déclarations le laissent penser :

« Nous pensons profondément au compteurs des suiveurs et au compteurs de like, et à ce que cela incite. Nous voulons changer. Ce qui était logique il ya 12 ans n’a pas de sens aujourd’hui. »

Mais Twitter peut-il redresser la barre ? Pas certain ! Car il manque aussi une véritable modération et un engagement clair pour protéger les discussions et surtout les membres des comportements déviants.

— Bertrand Soulier

Soutenez moi via Patreon

Si vous appréciez le podcast et mes contenus, vous avez la possibilité de montrer que vous appréciez le travail accompli, de m’encourager et de m’aider à continuer via Patreon.

Les Patrons disposent d’un fil de podcast privé. Je réponds aussi à leurs questions en priorité. Ils bénéficieront aussi des avant-premières sur les nouveaux contenus et mes futures formations. Merci du fond du cœur à tous ceux qui choisiront de le faire !!

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *