314. Bullet Journal et gestion de tâches hybride

Je gère mes tâches sur des outils numériques depuis le siècle dernier. J’ai même utilisé un Psion et un Palm pour le faire. Pourtant, désormais j’ai introduit un cahier et un stylo dans cette gestion devenue hybride entre mon gestionnaire de tâches numérique (Things 3) et mon Bullet Journal.

Mon organisation hybride

Je n’ai pas abandonné mon gestionnaire de tâches sur mon Mac et mon iPhone. Mais j’ai ajouté un Bullet Journal sur un cahier papier. J’ai donc opté pour une gestion hybride qui me convient bien.

Ce que je note dans Things

Sur mon Mac et mon iPhone j’utilise Things. J’adore cette application. Elle a remplacé Todoist et bien avant Omnifocus. Things est toujours avec moi, je peux noter n’importe quelle idée ou chose à faire à tout moment y compris via Siri :

Accède à ma formation continue secrète

Tu veux aller plus loin ? Mes meilleurs conseils ne sont pas publiés sur le site !

  • les choses à faire où que je sois tant que je les ai en tête, notamment lors de réunions ou rendez-vous,
  • les nouvelles idées notamment pour le podcast ou mes blogs,
  • des choses à faire sur le long terme et dont je ne dois pas m’encombrer l’esprit. (Exemple : une formation qui n’aura lieu que dans 2 mois)

Things est aussi le réceptacle idéal pour gérer les choses purement numériques et tout ce qui peut être relié par un lien :

  • répondre à un mail, Spark mail me permet de créer la tâche directement dans Things avec un lien pour retrouver le mail,
  • liens vers un livre à acheter sur Amazon ou chez l’éditeur,
  • lien vers la page d’une formation à suivre,
  • liens utiles pour des futurs contenus…

Ce que je planifie dans mon Bullet Journal

Je n’applique pas tous les concepts du Bujo. Le livre La méthode Bullet Journal par son créateur Ryder Carroll est vraiment très bien si vous voulez creuser. Je détaillerai en vidéo ce que j’en ai gardé et comment.

Ce que je fais sur le plan de la gestion des tâches c’est assez simple. Chaque mois je crée une double page sur le mois et les grands objectifs mais aussi des trackers d’habitudes : lire matin et soir, écrire, courir… C’est assez visuel.

Processed With Darkroom

Chaque semaine je débute une double page dédié. Je commence par inscrire dessus mes objectifs de la semaine. Je trace ensuite les cases pour chaque jour avec la date. Je termine la double page avec une case bilan.

J’inscris chaque jour les événements importants pour avoir une vision de ma semaine. Cela me permet de faire un point sur mon agenda. Puis chaque jour je vais inscrire les grands objectifs, les choses importantes. J’ai donc la vision de ma semaine sur une double page très facile à lire.

Comment s’articulent Things et mon Bujo

Le principe pour gérer les deux est simple. Les tâches passent de l’un à l’autre. Le dimanche je fais une revue de ma semaine passée, de la semaine à venir et de mes tâches. Je le fais avec Things, mon Bullet Journal et mon agenda.

Je vais ainsi trier Things et déplacer des tâches vers mon Bujo :

  • ce que j’ai noté au fil de la semaine et que je dois faire de façon importante,
  • des projets sur lesquels il est temps que je travaille,
  • des choses qui deviennent vraiment importantes.

Je peux aussi déplacer dans Things des choses notées dans le Bujo qui finalement peuvent n’être faites que plus tard. J’utilise ainsi partiellement la méthode Bullet Journal puisque je n’ai pas une feuille de route de l’avenir sur plusieurs mois. Si j’appliquais la méthode, ces projets futurs seraient déplacés dedans.

Processed With Darkroom

Avantages de cette méthode hybride

Je m’organise ainsi depuis le début de l’année et je dois avouer que j’apprécie cette organisation mixant numérique et analogique. Elle me donne un cadre plus strict dans la planification mais aussi une zone temporelle déconnectée de réflexion sur mes journées et semaines que j’apprécie de plus en plus.

Cela m’oblige chaque jour, quelques minutes le soir, de me pencher sur la journée qui se termine et celle du lendemain. Le papier oblige aussi à faire le tri. Mon Things peut contenir, contient, des centaines de petites notes et choses potentielles à faire. Une case journalière de mon Bullet Journal n’en contient que 5 ou 6. Il faut donc cerner et questionner ce qui est vraiment important.

Et puis je dois bien avouer que c’est un moment de déconnexion. Je m’efforce d’avoir un sas de mise en route le matin et de décompression le soir dans trop d’écran. Mon cahier est un espace qui m’offre cette possibilité de réfléchir sans être sous le flux de centaines de choses qui s’affichent à l’écran.

Et je pense que c’est bon pour ma productivité mais aussi ma fraicheur mentale.

— Bertrand Soulier

Soutenez moi via Patreon

Si vous appréciez le podcast et mes contenus, vous avez la possibilité de montrer que vous appréciez le travail accompli, de m’encourager et de m’aider à continuer via Patreon.

Les Patrons disposent d’un fil de podcast privé. Je réponds aussi à leurs questions en priorité. Ils bénéficieront aussi des avant-premières sur les nouveaux contenus et mes futures formations. Merci du fond du cœur à tous ceux qui choisiront de le faire !!

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *