340. Cette habitude que je n’arrive pas à prendre

Pour finir cette semaine sur les habitudes et routines, voici aujourd’hui une habitude que je n’arrive pas à prendre. Ce n’est pas faute d’avoir essayé et d’essayer encore mais je n’arrive pas à l’inscrire dans la durée. Voici pourquoi.

Je vous ai parlé du processus pour créer des habitudes. Je vous ai parler de mes habitudes créatives et quotidiennes. Mais il me reste à aborder une habitude. Celle qui n’existe pas même si souhaiterai qu’elle existe : la méditation.

Et pourtant j’ai essayé. J’ai lu beaucoup de choses sur ses bienfaits. J’ai lu plusieurs livres sur le sujets. Certains écrits m’ont vraiment donné envie. Et surtout j’ai essayé. J’ai même parfois réussi.

Mais cette habitude ne s’est jamais vraiment installée durablement. J’ai longtemps été abonné à Petit Bambou jusqu’au moment où je me suis rendu compte que je n’ouvrais plus du tout l’application.

J’estime que ma série la plus longue fut environ de 2 mois. En fait, après vérification, elle fut bien plus longue : 250 jours ! Mais elle a désormais totalement disparu. Car quand j’ai arrêté je n’ai jamais repris.

Une habitude met du temps à s’installer mais peut se perdre très vite.

Pourquoi je n’arrive pas à prendre l’habitude de méditer

Si j’analyse cet échec avec le cercle de l’habitude je trouve deux points problématiques :

  • Le déclencheur : Je n’ai jamais vraiment trouvé le moment adéquat. Mais à trop chercher le moment idéal il ne vient pas : le matin ça m’endort, le soir je m’endors, la journée je n’ai pas forcément trouver le moment pour le faire régulièrement. Un ami médite tous les jours autour de 14h. Je ne peux pas le faire et quand je peux je préfère lire et faire une sieste. Autres habitudes.
  • la gratification immédiate : j’ai recherché la mauvaise gratification et surtout e n’ai pas trouvé de gratification immédiate. Aussi, je n’ai pas persévéré assez pour profiter de l’effet à long terme. Autrement dit quand j’ai essayé de méditer, j’ai trop souvent espérer trouver un bénéfice.

Changer mon point de vue sur la méditation

Je vous ai toutefois dit que j’avais fait une série de 250 jours. C’est largement plus long que l’habituelle durée de 21 jours estimée comme nécessaire pour prendre une habitude.

Et je crois que cela vient de ce que je pense qu’est la méditation et ce que ça pourrait être.

Parfois, j’ai trouvé ce début d’habitude vraiment génial. Un été par exemple je méditais sur un banc au bord de la mer. Et ça m’apportait du bien être qui disparaissait quand je méditais à la maison dans mon salon.

Pour apprendre, j’ai longtemps voulu faire des méditations guidées. Celles de Petit Bambou sont bien. Mais j’ai abandonné car au bout d’un moment j’ai surtout eu le sentiment de passer du temps à me concentrer sur les consignes plutôt qu’à vraiment méditer.

Je trouvais en plus les séances longues. Alors je restais sur des séances de 5 minutes qui consistent en un scan corporel et parfois environnemental. Pas besoin de Petit Bambou pour ça.

Trouver ma forme de méditation

Il est assez simple je pense de régler le problème du déclencheur. Sur le modèle Si / Quand … Alors… le déclencheur pourrait tout simplement être « Quand je me sens stressé… », « Quand je passe par le parc… », « Quand j’ai besoin d’une pause dans la matinée… »

Dans ce cas, je peux assez facilement aussi percevoir la gratification immédiate : un peu de calme ou du mieux-être.

Il faut alors régler la question centrale du comment. Et j’ai donc cherché ma forme de méditation qui me convient bien. J’ai dégagé tout le « folklore » associé pour ne garder que l’essentiel qui me va bien : un temps de respiration profonde.

Je m’arrête et je respire profondément. Sur un banc, à la maison, au sommet de la petite montagne au dessus de la maison après l’avoir grimpée en courant…

Je m’arrête et je respire. J’écoute les sons autour de moi. Je ressens le vent et le soleil. J’écoute mon corps. C’est une forme de méditation.

Mais ce n’est pas encore une habitude. Elle correspond plus à la volonté de mieux profiter d’un lieu et d’un instant. Elle m’apporte un bien être sur l’instant. C’est trop tôt pour dire si finalement elle m’apportera quelque chose sur le long terme. Mais notre histoire s’écrit tous les jours et nous ne savons pas la fin…

340. Cette habitude que je n’arrive pas à prendre

— Bertrand Soulier

Soutenez moi via Patreon

Si vous appréciez le podcast et mes contenus, vous avez la possibilité de montrer que vous appréciez le travail accompli, de m’encourager et de m’aider à continuer via Patreon.

Les Patrons disposent d’un fil de podcast privé. Je réponds aussi à leurs questions en priorité. Ils bénéficieront aussi des avant-premières sur les nouveaux contenus et mes futures formations. Merci du fond du cœur à tous ceux qui choisiront de le faire !!

0 comments… add one

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *